Environnement en France, où en sommes nous ?

L'environnement en France

Depuis 1994, un rapport sur l’environnement en France très exhaustif, est publié tous les 4 ans par le Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie. 

La dernière édition (2014) révèle une multitude de données intéressantes, met en avant l’amélioration de nos connaissances sur ce domaine, et expose les différentes actions développées pour préserver l’environnement. Cependant le bilan n’est pas totalement positif, il reste encore beaucoup à faire.

Ce rapport souligne les évolutions positives ou négatives depuis 1990 ayant une répercussion sur l’environnement.

Transformation des territoires

L’évolution démographique et des modes de vie ont un fort impact sur le développement des territoires. Depuis 1990, la population française a progressé de 7% (+ 4,5 millions d’habitants), les ménages se sont éclatés un peu plus, le taux de personnes seules a également augmenté (de 27% en 1990 à 33% en 2010), ce qui implique une demande importante en logement. Les ménages s’installent de plus en plus loin de leur lieu de travail.

Conséquences : les espaces naturels se réduisent progressivement et la consommation énergétique augmente (mobilité plus importante, logements plus nombreux).

Jusqu’où va-t-on aller ? Que peut-on faire pour préserver l’environnement en France ? Que peut-on faire pour limiter cette consommation d’énergie croissante ?

Quelques idées en vrac :

L’objectif du programme « Ambition Bio 2017 » qui prévoit 8% de la SAU (Surface Agricole Utilisée) en agriculture bio pour 2017 semble difficile à atteindre alors qu’elle est passée de 2% à 3,8% entre 2007 et 2012.

Depuis 1990, la France a réduit les émissions de gaz à effet de serre de 13% mais celles liées au transport peinent à diminuer.

Prise de conscience accrue de l’environnement en France

L’adoption de la Charte de l’environnement en 2005, le Grenelle de l’environnement, les conférences environnementales annuelles depuis 2012 ainsi que les stratégies nationales de développement
durable participent des mêmes objectifs : informer, promouvoir le concept du développement durable, et inciter à l’évolution des comportements individuels et collectifs.

Cependant, l’augmentation du chômage donne lieu à une baisse des inquiétudes des français sur les questions écologiques et inversement. La capacité à agir de manière plus respectueuse envers l’environnement reste assujettie aux ressources dont disposent les citoyens ainsi qu’à leur temps passé au sein de leur habitation. Une famille sans emploi consommera à contrario plus d’électricité, d’eau et de chauffage.

En dépit de ce fait, depuis deux décennies, globalement les français s’inquiètent de plus en plus des questions environnementales comme le prouve la multiplication des manifestations des opposants à certains grands projets : Aéroport Notre-Dames-Des-Landes, Gaz de schiste sur le plateau du Larzac, centre de stockage des déchets radioactifs à Bure, maïs transgénique.

Un renforcement de la protection de l’environnement en France impulsé par l’Europe

Les états membres de l’Union européenne ont l’obligation de mettre en oeuvre les textes européens concernant la politique environnementale communautaire (eau, air, bruit, substances chimiques, risques technologiques, biodiversité, etc.).

Parmi ses différents champs d’intervention, la politique européenne vise notamment la protection de l’environnement et de la santé des personnes. Ainsi, l’un de ses objectifs fixe à réduire de 40% le nombre de décès liés à la pollution atmosphérique d’ici 2020 par rapport au niveau des années 2000.

Un autre de ses champs d’intervention concerne la préservation de la biodiversité. L’Union européenne a donc incité la création d’un vaste réseau de site « Natura 2000 ».

Au niveau européen, la France se place parmi les pays de tête en termes de dépense de protection de l’environnement par habitants, financée à 28% par les ménages français, 40% par les entreprises privées et 32% par les administrations publiques.

L’environnement en France reste donc une préoccupation importante des citoyens et de l’Etat en dépit des problèmes économiques actuels. Cette tendance est également dictée par des directives européennes.

Rappelons que la France accueillera la COP21 (Conférence Climat) du 30 novembre au 11 décembre 2015 à Paris avec notamment Nicolas Hulot, envoyé spécial du Président de la République Française pour la protection de la planète. Cet évènement sera majeur pour notre pays mais également pour l’environnement mondial.

Rémy MANDIT

Conseiller en insertion professionnelle et Concepteur développeur web. Passionné de l'image et du tir sportif.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.