Warning: Declaration of FDX_Widget_profile::widget($args) should be compatible with WP_Widget::widget($args, $instance) in /home/remymandit/www/blog/wp-content/plugins/wp-twitter/modules/class-p2.php on line 14

Warning: Declaration of FDX_Widget_profile::form() should be compatible with WP_Widget::form($instance) in /home/remymandit/www/blog/wp-content/plugins/wp-twitter/modules/class-p2.php on line 23

Warning: Declaration of FDX_Widget_search::widget($args) should be compatible with WP_Widget::widget($args, $instance) in /home/remymandit/www/blog/wp-content/plugins/wp-twitter/modules/class-p2.php on line 38

Warning: Declaration of FDX_Widget_search::form() should be compatible with WP_Widget::form($instance) in /home/remymandit/www/blog/wp-content/plugins/wp-twitter/modules/class-p2.php on line 47
utile de faire grève aujourd'hui ?

utile de faire grève aujourd’hui ?

utile de faire grèveLes mouvements de grève sont de plus en plus mal perçus par l’opinion publique.
Est-ce vraiment utile de faire grève de nos jours ?
Les grèves font-elles avancer les choses ?
Les grévistes arrivent-ils toujours à leur fin ?
Et les non-grévistes ont-ils leurs mots à dire ?
Voilà plusieurs questions que l’on peut se poser actuellement sur l’intérêt et l’impact d’une grève.

Histoire de grève.

Commençons par l’aspect historique. Quand a eu lieu la première grève connue ? Quelle est l’origine du mot « grève » ?

Les plus anciennes grèves connues se seraient déroulées en Egypte. Les ouvriers construisant la pyramide de Khéops se seraient révoltés en raison d’un  problème dans leurs rations quotidiennes.

En France, l’origine du mot grève provient de la place de Grève à Paris (place de l’hôtel de ville aujourd’hui). Située au bord de la Seine, elle était le lieu d’accostage des bateaux de ravitaillement. Les hommes sans emploi y trouvaient facilement du travail. L’expression « faire la grève » signifiait donc « attendre du travail sur la place de Grève ».

Les grèves sont de moins en moins populaires.

Pourquoi les grèves sont mal perçues en France ?

Les personnes sont libres de faire ou non la grève. Selon leurs convictions, leurs besoins, leurs intérêts, les employés mécontents peuvent choisir d’interrompre volontairement leur travail ou d’effectuer leur journée habituelle.

Cependant, dans certaines situations les usagers sont obligés de subir les conséquences de la grève. Les services minimum répondent à ces problématiques mais ne sont pas systématiquement appliqués. Ces actions-là sont donc les moins populaires et dégradent l’image des grèves mais aussi des corporations concernées (SNCF, Education Nationale,…).

Pourquoi les grévistes n’interpellent-ils pas leur hiérarchie directement ? Pourquoi ne proposent-ils pas de solutions constructives avant d’entrer dans un mouvement de grève ?

La grève en France est une tradition.

La France est un des seuls pays où les syndicats ont peu de pouvoirs. Les inspecteurs du travail sont également une exception française. Ils veillent à la bonne application des lois.

Finalement, la grève semble être le seul moyen de montrer l’existence et le pouvoir des syndicats.

La loi Ollivier, votée le 25 mai 1864, dépénalise la grève en France. Paradoxalement, ce n’est que 20 ans plus tard que les syndicats sont autorisés (le 21 mars 1884 par la loi Waldeck-Rousseau).

Après la Seconde Guerre mondiale, les rapports sociaux européens se sont construits selon deux schémas opposés. Certains pays du Nord-Ouest dont l’Allemagne et la Grande-Bretagne ont privilégié la négociation avant de passer au conflit. A l’inverse la France, l’Espagne, l’Italie ont préféré un système où l’état des forces en grève déclenche les discussions.
Quels sont les autres moyens de pression, d’action pour se faire entendre ?

Lors de la COP21 à Paris, une manifestation très originale et symbolique a marqué tous les esprits. Les rassemblements étant interdits suite aux attentats du 13 Novembre 2015, les manifestants ont eu la bonne idée de déposer des paires de chaussures sur la place de la république à Paris en remplacement de la marche pour le climat. Cette image aura certainement plus d’impact à long terme qu’un amas de personnes défilant dans les rues de Paris.

Est-il toujours utile de faire grève ?

A l’heure actuelle où chacun doit faire des efforts pour maintenir l’avenir de notre pays, pourquoi certains n’acceptent-ils pas la moindre concession et préfèrent quelques fois aggraver la situation en demandant encore plus ?

Nous ne sommes plus dans une époque du plein emploi et nous ne pouvons plus demander des avantages sociaux supplémentaires (congés supplémentaires, augmentation des salaires, …). Vivons avec notre temps et soyons réaliste. La société change, le monde change, on doit changer. Il faut savoir être patient, les mutations sont longues. Les jours meilleurs vont arriver.

Il faut savoir manger quelque fois de la vache enragée comme dirait mon père. En d’autres termes, il faut savoir se priver pendant les périodes difficiles pour mieux vivre après.

Alors qu’en pensez-vous ? Est-ce vraiment utile de faire grève ? N’hésitez pas à réagir en commentant cet article.

Rémy MANDIT

Conseiller en insertion professionnelle et Concepteur développeur web. Passionné de l'image et du tir sportif.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Metayer dit :

    Bonjour, je suis entièrement d’accord avec l article. Pour moi faire grève est une tradition. Le Français crie avant d avoir mal. Le Français n accepte pas les changements. A quoi font peur les changements ? Pourquoi est toujours celui qui OSE faire changer les choses qui auraient dû être faites des années en arrière qui paye, se fait passer pour un « emmerdeur » alors qu il essaye du mieux qu il peut, changer les choses en bien. ( ou en mal selon où on se situe). Faire grève aujourd’hui pour une chose qui dans 10 ans changera avec une autre personne, grève recommencera, qui rechangera 10 ans plus tard, grève recommencera etc etc etc….. A n en plus finir, ce qui donne plus aucun sens. Évidemment que certaines sont utiles. Mais un trie des raisons est à faire. Si les gens voyais du positif dans les textes et non du négatif, la réflexion serait différente

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.