Revenu universel : une véritable avancée ou une idée farfelue

revenu universelOn entend parler de plus en plus de revenu universel. Ce projet est discuté par différents politiques avec plus ou moins d’intérêt. Mais d’où vient cette idée ? En quoi consiste exactement ce revenu ? Est-ce une véritable avancée ou une idée farfelue ? Ce revenu serait-il une dépense importante pour l’Etat ? Qui pourrait le financer ?

L’histoire du revenu universel

Comme à mon habitude dans mes différents articles, je commence toujours par un rappel historique.

Le concept de ressource inconditionnelle apparaît pour la première fois dans le roman L’Utopie de Thomas More en 1516. Il imagine une île sur laquelle tous les résidents pourraient subvenir financièrement à leur besoin sans obligation de travail. Ce qui serait notamment un moyen de lutter contre la criminalité. Tout le monde aurait suffisamment d’argent pour vivre décemment. Donc pas besoin de voler ou tuer pour s’en sortir.

En 1797, Thomas Paine dans son ouvrage La justice Agraire, imagine un revenu minimum versé à chaque adulte. Celui-ci serait financé par les propriétaires terriens, dans un esprit de propriété commune de la terre.

Cette idée refait surface au début du XXe siècle. Ainsi, le philosophe britannique Bertrand Russell défend le concept d’une allocation universelle dans Roads to Freedom (1918) pour rendre le travail agréable et non nécessaire.

Qu’est-ce que le revenu universel ?

Chaque citoyen percevrait automatiquement un revenu minimum et identique pour tous, de sa naissance à sa mort sans condition particulière, ni démarche préalable et ni contrepartie. Cette ressource ne se substituerait pas au salaire classique, mais elle viendrait le compléter.

Un principe pour guérir la plupart des maux de notre société actuelle.

Respect de la dignité

Aujourd’hui pour bénéficier d’une aide sociale, il faut en faire la demande et compléter un dossier afin de vérifier son éligibilité. Les personnes mal informées, non équipées numériquement pour les démarches en ligne ou souhaitant tout simplement conserver leur dignité ne bénéficieront pas de ces aides financières. Selon le rapport du comité d’évaluation du RSA  de 2014, un foyer sur deux ne touche pas le RSA alors qu’il pourrait en bénéficier. On voit bien là, la limite de ce système d’aide sociale qui n’a pas le résultat escompté et n’aide pas forcément toutes les personnes dans le besoin. Ainsi le versement automatique du revenu universel sans critère permet d’effacer ce défaut actuel.

Nouvelle valeur au travail

Certains pensent que ce revenu va créer de l’oisiveté. En réalité, ce procédé va permettre de libérer le travail. Comment ? Aujourd’hui, un demandeur d’emploi en difficulté financière va accepter tout type de poste pourvu qu’il gagne de l’argent. Il risque donc de travailler sans véritablement de plaisir et de sombrer progressivement dans un mal être. On sent bien depuis plusieurs années cette montée de la dépression au travail. Le versement à tout le monde de ce revenu permettrait de débloquer cette situation. Chacun pourrait prendre le temps de choisir un emploi qui lui corresponde sans avoir peur de sombrer dans la pauvreté. Donc non! Les personnes ne vont pas devenir oisives mais vont changer leur rapport au monde du travail ce qui serait une véritable avancée sociétale.

Utile pour les jeunes

Autre point positif, ce revenu favoriserait l’accès à tous aux hautes études ainsi que dans la vie active. En effet, le fait que chacun perçoive ce versement mensuel tout au long de sa vie lui apporterait vers l’âge de 18 ans un pécule non négligeable qu’il pourrait utiliser pour financer ses études. Plus besoin de trouver un emploi étudiant pour les plus défavorisés. Leur chance de réussite sera donc plus élevée.

De même, cet argent serait très utile pour les premiers pas dans la vie active. Le jeune demandeur d’emploi pourrait financer lui-même son permis ainsi que l’achat d’un véhicule sans l’intervention de ses parents. Tous les frais liés à sa recherche d’emploi ne seront plus des freins. La plupart des problématiques de l’insertion professionnelle des jeunes seront réduits.

Est-ce viable pour l’Etat ?

Le coût annuel

Si l’on prend l’hypothèse d’un revenu universel de 800€ par mois pour les 66,9 millions de français, cela reviendrait à un budget annuel de 642,2 milliards d’euros.

Hors, en 2016 les recettes nettes de l’état s’élevaient à 300,3 milliards d’euros. Dans ce cas, le revenu universel est donc une idée farfelue. L’état ne pourrait pas prendre en charge cette nouvelle dépense.

La meilleure solution serait d’intégrer progressivement ce revenu universel. Attendre les premiers retours sur investissements notamment par une augmentation de la recette de la TVA due à une hausse du pouvoir d’achat. Ensuite, élargir ou augmenter le revenu universel et ainsi de suite. Le chemin serait long comme tout changement de société.

Ce thème vous intéresse ! N’hésitez pas à laisser des commentaires et partager l’article.

Rémy MANDIT

Conseiller en insertion professionnelle et Concepteur développeur web. Passionné de l'image et du tir sportif.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.